ma page facebookSalvator Diffusion

Chrétiens et Juifs depuis Vatican II

Etat des lieux historique et théologique
prospective eschatologique

ISBN 978-2-918303-00-8
Format 15 x 21
400 pages - 23 €




Chrétiens et juifs depuis Vatican II - Menahem Macina

4e de couverture

La déclaration conciliaire Nostra Aetate a été le point de départ d’un « nouveau regard » chrétien sur le peuple juif. En témoigne cette phrase du pape Jean Paul II : « le peuple de Dieu de l’Ancienne Alliance jamais révoquée par Dieu ».
Partant de l’attente, commune aux juifs et aux chrétiens, de l’avènement du Royaume de Dieu, telle qu’elle se décline dans les Traditions juive et chrétienne, l’ouvrage retrace les ombres et les lumières de la longue marche vers la reconnaissance chrétienne du dessein de Dieu sur les deux peuples dont le Christ n’a fait qu’un. Il s’achève sur une mise en garde adressée tant aux chrétiens philosionistes, qu’à ceux qui se mettent à la remorque des faux prophètes de l’antisionisme. Les premiers risquent de tomber dans un faux messianisme contre lequel Jésus a mis en garde. Quant aux seconds, en accusant Israël de néo-colonialisme et d’apartheid, non seulement ils attisent la haine contre ce peuple, mais ils risquent de « se trouver en guerre contre Dieu lui-même », dont ils ignorent les desseins.


L'auteur

Licencié en histoire de la Pensée juive, Menahem Macina a enseigné dans plusieurs universités. Il est l’auteur de nombreuses études sur les doctrines eschatologiques juives et chrétiennes traditionnelles. Il a créé et administre le site www.rivtsion.org qui donne accès à un grand nombre de textes et d’analyses afférents à ces thèmes.

Table des matières

Préface de Fadiey Lovsky
Avant Propos
Introduction


PREMIERE PARTIE
UNE THEOLOGIE QUI SE CHERCHE : RESPECT MUTUEL MAIS PAS RECONNAISSANCE

I. Un sommet conquis de haute lutte : Nostra Aetate, 4
I.1. L’opposition à l’abolition de l’accusation de déicide
I.2. Le texte de la Déclaration Nostra Aetate (28 octobre 1965)
I.3. Les révisions du texte de Nostra Aetate, § 4
I.4. Une formulation théologiquement acceptable

II. Difficile réception d’une réhabilitation qui fait problème pour la théologie
II.1. Résistances théologiques aux implications de Nostra Aetate 4
II.1.1 « L'événement chrétien n'invalide pas la foi d'Israël. »
II.1.2 « Le christianisme n'est pas simplement l'accomplissement du judaïsme. »
II.1.3 « Le christianisme doit réincorporer les dimensions de sa matrice juive dans l'expression contemporaine de sa foi. »
II.2. Persistance d’une théologie triomphaliste ou de substitution
II.2.1. Relecture papale, désobligeante pour la foi juive, des événements fondateurs de la foi chrétienne
II.2.2. Dénigrement des juifs du temps de Jésus, au nom d’une exégèse ambiguë de passages néotestamentaires

III. Du dialogue au vis-à-vis existentiel et religieux des juifs et des chrétiens
III.1 Le dialogue s’officialise en travaux conjoints au sein du Comité de Liaison International entre Catholiques et juifs
III.1.1 Extraits du Communiqué commun du Comité de Liaison International Catholique-juif, du 30 avril au 4 mai 2001
III.2. Un tournant décisif : des instances juives préconisent un « nouveau regard » sur le christianisme
III.2.1 « Le Christianisme dans la théologie juive » (1968)
III.2.2 « Dabru Emet » [Dites la vérité, cf. Za 8, 16]. Déclaration juive sur les Chrétiens et le Christianisme (2000)
III.3. L’approfondissement de la connaissance réciproque
III.4. La repentance des Eglises : les documents et leur critique
III.4.1. Le rêve de 1994 : Le document de travail du groupe allemand
III.4.2. La réalité de 1998 : La Déclaration vaticane « Nous nous souvenons »
III.5. Une mutation théologique en cours
III.5.1. Le Nouveau Testament comme preuve du rejet des juifs
III.5.2. Le Nouveau Testament comme preuve de la non-révocation de l’Alliance
III.6. Extermination des juifs d’Europe et théologie de l’Holocauste
III.7. Le Nouveau Testament à la rescousse des résistances théologiennes
III.8. L’abrogation de l’Alliance comme argument pour nier la vocation juive


DEUXIÈME PARTIE
ELUS IRREDUCTIBLES : LES DEUX FACES D’UN MÊME MYSTÈRE

IV. Une théologie inadaptée à la gestion du mystère d’Israël et à son incarnation
IV.1. Du non-rejet du peuple juif à l'irrévocabilité de l'Alliance scellée par Dieu avec lui
IV.2. Deux Alliances ou une seule ?
IV.3. Le destin du peuple juif : un mystère
IV.4. Une Eglise qui se substituerait aux juifs serait-elle encore l’Église du Christ ?
IV.5. Retour des juifs dans leur patrie ancestrale
IV.5.1. Perspective juive IV.5.2. Perspective chrétienne
IV.6. De l’antisémitisme à l’antisionisme chrétien

V. La prière pour que les Juifs reconnaissent Jésus sonne-t-elle le glas du dialogue ?

VI. Typologie prophétique: « Le peuple de Dieu de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance »
VI.1. « L’espérance ne déçoit pas » (Rm 5, 5)
VI.2. Fondement scripturaire d’une théologie des « deux familles » de « l’Israël de Dieu »
VI.2.1. Dans le Nouveau Testament
VI.2.2. Dans le Premier Testament
VI.3. L’unité des juifs et des chrétiens dans la littérature chrétienne des deux premiers siècles
VI.4. Echos rabbiniques surprenants de la thèse chrétienne du « remplacement ».


TROISIEME PARTIE
JUIFS ET CHRÉTIENS : « LES DEUX FAMILLES QUE DIEU A CHOISIES » (Jr 33, 24)

VII. Vers un « nouveau regard » sur le dessein divin à la lumière des Écritures
VII.1. Deux confessions de foi, antagonistes et ancrées chacune sur leurs Écritures et leur Tradition
VII.2. L’irrépressible tentation chrétienne de la « substitution »
VII.3. Le nœud du problème : la royauté triomphante de Dieu, au ciel ou sur la terre ?
VII.3.1. Etonnants parallèles entre l’enseignement d’Irénée et celui des rabbins sur le Royaume et le « monde à venir »
VII.3.2. Le Catéchisme de l’Église catholique a-t-il réputé hérétique l’espérance chrétienne vénérable d’un Royaume millénaire du Christ sur la terre ?
VII.4. Deux « non possumus » chrétiens : Dieu a « endurci » les Juifs et leur a "ôté le Royaume »
VII.4.1. Ignorance incoercible, selon le Livre des Actes, endurcissement, selon Paul
VII.4.2. Royaume ôté aux Juifs, selon l’Évangile : une sanction définitive ?
VII.4.3. En rejetant Jésus, les Juifs ont accompli le dessein de Dieu
VII.4.4. Royaume rendu aux Juifs, selon le Livre des Actes VII.5. Présomption chrétienne et desseins de Dieu
VII.5.1. « Vous faites erreur, faute de connaître les Écritures et la puissance de Dieu »
VII.5.2. « Ô abîme de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu » (Rm 11, 33)
VII.5.3. « Que ses décrets sont insondables et ses voies incompréhensibles! » (Rm 11, 33)
VII.6. Bilan d’un survol


QUATRIEME PARTIE
L’EPREUVE DE L’INCARNATION : ISRAËL, JERUSALEM ET LES NATIONS

VIII. Israël, étape ultime de l’incarnation du dessein divin, ou faux messianisme ?
VIII.1. L’Etat d’Israël presque universellement discrédité et objet des pires calomnies
VIII.2. La « guerre du narratif », nouvelle forme de négationnisme historique et de diabolisation politique
VIII.3. La « guerre par le boycott » : isoler, asphyxier et désigner un peuple à la vindicte internationale
VIII.4. La « guerre par le droit international » instrumentalisé pour diaboliser l’armée de défense d’Israël
VIII.5. « Critiquer Israël, ce n’est pas de l’antisémitisme » : l’assertion résiste-t-elle à l’épreuve des faits ?
VIII.6. Les excès d’un philopalestinisme chrétien « ayant les apparences de la piété mais reniant ce qui en est la force »
VIII.7. Pour un philosionisme chrétien exempt de dérives sectaires: éléments de discernement
VIII.8. Vers un « nouveau regard » théologique et historique sur la relation juifs-chrétiens dans le dessein de Dieu


Synthèse
Conclusion : « une pierre à soulever pour toutes les nations » (Za 12, 3)
Postface du Professeur Yves CHEVALIER
Index thématique
Références scripturaires
Index des sources anciennes
Index des noms
Glossaire